Web 2.0 and politics !

C’est utile d’écouter une telle discussion même si elle est un peu stérile sur certains plans. L’intersection entre le politique, les nouvelles technologies de la relation, débattue durant 50 minutes.

C’est une tentative de réponse avec en tache de fond, la réussite de Barak Obama via ce média précis. Il est soulevé que cette élection n’aurait pas pu être gagnée sans les outils web 2.0. Web 2.0 qui aurait permis une attaque “participative” de la campagne sur deux angles : la recherche de finance, et le contact ou l’engagement qui naturellement est plus forte via ce type de communauté que via les médias traditionnaux. L’attitude devant un PC est souvent plus engagée que devant la télévision avec un plat de chips sur les genoux et bien calé dans le sofa…

Aussi, la masse critique de personne connectée à un réseau social -quel qu’il soit- consacre des courants majeurs différents que les média de diffusion. Ceux-ci s’occupent d’un point particulier puis passe au prochain “scoop”. La blogosphère, elle, aurait un autre rythme, un tempo propre, un besoin compulsif à regarder le verre lui même plutôt que de se demander si ce verre est à moite plein ou à moitié vide (clivage droite-gauche classique)… le réalisme = web 2.0 ? Un média qui, à cause d’un contexte qui est toujours écroulé demande un effort d’authenticité aux politiques. Effort bienvenu en fait. Mais effort qu’il ne sera plus nécessaire de faire puisque être toujours “online” éliminera par défaut les personnes qui jouent un rôle plutôt que le leur.
C’est certainement pour cela que le tollé lié au “… conard” de Sarkosy n’a “que” effrayé la Madone mais n’as pas eu de réelle conséquence politique, car sur cette réponse là, Sarkosy était -certainement- authentique !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.